Empoisonner avec des sels de cuivre est un secret maintenant remis au goût du jour,

utilisé contre la ferme de Niederwyhl,

résolu par les Toxicochimistes,

difficilement débattu devant le Tribunal de Grande Instance de Mulhouse :

 

PLAINTE pour empoisonnement par des sels de cuivre

avant l’installation de la famille SINGER en 1987 dans la

Ferme de Niederwyhl, à Bourbach le Haut, en Alsace :

 

Point PRESSE 

jeudi le 25 février  15 H > 17 H

Cabinet Michel Ledoux et associés

10, rue Portalis, 2e étage, 75008  (Mo St Augustin et St Lazare)

Tel : (+33) 1 44 90 98 98

en présence de Maître Hubert SEILLAN, d’André PICOT, Toxicochimiste et du Professeur de Toxicologie Jean-François NARBONNE

Pour en finir avec cette affaire d’empoisonnement criminel avec des sels de cuivre qui dure depuis 14 ans, je me vois contrainte de déposer une plainte contre les deux médecins légistes qui ont rendu la dernière expertise médico-légale du 5 mars 2015, examinée en appel à Colmar, le 28 janvier 2016.

Pour ne pas reconnaître que ma mère est morte empoisonnée au cuivre, les légistes voudraient qu’elle soit décédée des suites d’un cancer…qu’elle n’avait pas au moment de son décès selon les certificats médicaux de l’hôpital de Mulhouse de l’époque et une récente attestation du Médecin Chef du même service dans lequel ma mère est décédée !

Je vous présenterai aussi l’expertise judiciaire avec les analyses effectuées sur les restes de ma mère, ignorée par les légistes, qui démontrent l’accumulation de cuivre dans son organisme et j’y rajouterai la copie détaillée de ma plainte.

Empoisonner avec des sels de cuivre est un crime sournois, pratiqué au moins depuis deux millénaire, une « mode » au 19e siècle en France, soi-disant oubliée depuis, aujourd’hui un secret remis au jour, avec nos recherches en toxicochimie.

Il faut remarquer, fait étonnant, que les légistes français ne cherchent pas systématiquement  le cuivre dans les autopsies.

  1.  Les sels de cuivre sont toxiques pour les humains, les animaux, les végétaux et les sols, surtout à dose faible et répétée.
  2. En effet, les sels de cuivre sont persistants, accumulables et inhibiteurs de croissance des végétaux (utilisés entre autres pour les bonsaïs).

Cordialement et à bientôt

Anne Marie SINGER

Ferme de Niederwyhl

68290 BOURBACH LE HAUT

Ph : +33(0)3 89 38 86 26

Courriel : am.singer@orange.fr

http://niederwyhl.canalblog.com/

http://selsdecuivre.w.pw/

http://www.atctoxicologie.fr/