10 novembre 2016

6. Question : Marie-Jeanne SINGER est-elle décédée des suites de son empoisonnement criminel aux sels de cuivre en 1992 ?

  Deux thèses coexistent :   Celle des experts légistes qui prétendent en mars 2015 que Marie-Jeanne SINGER, copropriétaire de la ferme de Niederwyhl, est décédée en 1992 des suites de son « cancer colique » de 1989 et qu’il n’y avait « pas de dosage » de cuivre au moment de son décès et   Celle qui contredit les experts légistes :   Concernant le « cancer colique » : Le médecin hospitalier énonce que, selon le rapport d’hospitalisation de Marie-Jeanne... [Lire la suite]

10 novembre 2016

5. Au XXIe siècle, les articles sur la toxicité des sels de cuivre abondent.

  2001 : Selon Jean-Luc PETIT dans la Revue Les quatre saisons du jardinage, février 2001, n° 12, un praticien d’arboriculture : « Tout cuivre or not tout cuivre » : « Le cuivre est fongicide et bactéricide, il agit par contact. Il n’est pas biodégradable. Il freine le développement végétal. Il brûle le pollen. Il s’accumule dans les premières couches du sol. Il devient toxique pour la micro- et macro-faune ». Tout cuivre - Ma passion du verger   2007 : FAO/AGL – IPNS – Glossaire de... [Lire la suite]
10 novembre 2016

4. Au XXe siècle, aucun cas d'empoisonnement aux sels de cuivre n'est pris en considération par les tribunaux.

  Les experts légistes ne recherchent jamais le cuivre dans les autopsies. Ils laissent ainsi une micro niche aux empoisonneurs aux sels de cuivre.   Au XXe siècle, le cuivre, si utile en agriculture, est l'ami de l'Homme.     Il ne sera plus question en France, pendant tout un siècle, de 1882 à 1981, de toxicité des sels de cuivre chez l’Homme, alors qu’elle était redoutée depuis l’antiquité ! Tout se passe comme si la France était tétanisée par son absinthe frelatée au sulfate de... [Lire la suite]
10 novembre 2016

3. Au XIXe siècle, ce fut l'apothéose de la maîtrise du cuivre :

  Il est utilisé pour traiter les blés et pour empoisonner son prochain ! C’est aussi le début de la chimie et de la médecine légale. Les empoisonnements criminels  aux sels de cuivre furent « le » fléau du XIXe siècle.   1814 : ORFILA *, Médecin légiste, Chimiste, Doyen de la Faculté de Médecine de Paris : « On peut dire que l’empoisonnement par des préparations cuivreuses est un des plus communs et des plus importants à connaître. L’action délétère que cet oxyde exerce sur l’économie... [Lire la suite]
10 novembre 2016

2. Du cuivre, de sa toxicité, de l'antiquité aux alchimistes :

Le cuivre accompagne les activités humaines depuis au moins 8.000 ans. Il est le plus ancien métal utilisé par l’Homme, qui connaît ses nombreuses propriétés utiles pour prospérer, mais aussi néfastes, comme poison. Ainsi, plusieurs civilisations ont découvert l’utilité du cuivre et aussi très souvent la facilité avec laquelle ce cuivre devient un poison. Les secrets de l’utilisation du cuivre comme poison semblent protégés depuis des siècles. Au XIXe siècle, cette technique fut sur-pratiquée puis totalement occultée au XXe et... [Lire la suite]
10 novembre 2016

1. Les empoisonnements criminels avec des sels de cuivre,

pratiqués depuis près de deux millénaires, ont perdu leur mystère. Celui de la ferme de Niederwyhl, à Bourbach le Haut en Alsace, est démontré :  résumé : Déjà chez les Égyptiens, le cuivre sous une certaine forme, était connu pour son efficacité comme poison.       Au Moyen Âge, en l’an 800, avec la découverte  de l’acide chlorhydrique, très corrosif, connu autrefois sous le nom d’acide muriatique ou esprit de sel, il fut possible de dissoudre certains métaux (fer, cuivre…) et de former de... [Lire la suite]