Bourbach, le 11 décembre 2018

Objet : empoisonnement criminel aux sels de cuivre avéré de la ferme de Niederwyhl à Bourbach-le-Haut.

Monsieur le Président de la Communauté des Communes Thann Cernay,

Au vu de notre dernier dosage sanguin du 22 octobre 2018, révélant de façon irréfutable notre intoxication chronique au cuivre à partir du site de la ferme de Niederwyhl, Maître Claude Lienhard, Avocat au Barreau de Strasbourg, continuera à nous représenter dans la procédure criminelle pour empoisonnement encore en cours et engagera des poursuites en responsabilité civile solidaire contre les organismes qui n’ont cessé de refuser la réalité de notre empoisonnement au cuivre, admis définitivement par la Chambre de l’Instruction de la Cour d’Appel de Colmar.

1er constat :

Selon l’arrêt du 6 juillet 2017 de la Chambre de l’instruction près la Cour d’Appel de Colmar : « la contamination du sol, des dépôts des canalisations et des eaux de la ferme de Niederwyhl provient d'un apport exogène de Cuivre soluble (communément appelés sels de cuivre toxiques et persistants), non présent dans le milieu à l'état naturel, dont la date peut être fixée avant mai 1987 soit avant l'installation de la famille SINGER à la ferme de Niederwyhl ».

Conséquences : le captage d’eau privé, les conduites et les sols de la ferme de Niederwyhl sont encore contaminés depuis 1987 par du cuivre soluble toxique et persistant, nos sols ont été rendus stériles, nos arbres fruitiers et forestiers dépérissent, nos 850 moutons sont morts intoxiqués au cuivre. De ce fait, nos activités agricoles et touristiques ont été et sont difficilement réalisables en l’état.

2e constat :

Selon l’arrêt du 6 juillet 2017 de la Chambre de l’instruction près la Cour d’Appel de Colmar : « Mme Marie-Jeanne SINGER (ma mère) a été exposée au Cuivre et les troubles de santé présentés par les occupants de la ferme ont un lien de causalité avec cette exposition ».

Conséquences : notre intoxication chronique au cuivre avérée, en lien avec cette exposition, nécessite un accompagnement médical constant

Aujourd’hui nous sommes malades et sans ressources mais déterminés à être indemnisés, à faire identifier les auteurs de ces empoisonnements et à recommencer de nouvelles activités sur ce site pour lequel il existe une méthode de dépollution que nous avons testée avec succès sur environ 50 ares de nos 32 hectares contaminés, n’ayant pas l’argent pour en faire davantage.

  3e constat :

Il s’agit d’une contamination volontaire de la ferme de Niederwyhl avant notre installation en 1987 par des individus qui connaissaient à la fois l’emplacement du captage d’eau privé de la ferme pour le contaminer, de même que l’emplacement des bornes des parcelles. Selon les procès-verbaux de la procédure criminelle encore en cours, les soupçons pèsent fortement sur un groupe de 7 à 8 personnes identifiables. La famille Weiss nous précédant dans cette ferme pendant 10 ans, a déclaré n’avoir  jamais eu de problèmes.

4e constat :

Comme cette ferme était convoitée, elle a été contaminée avec des sels de cuivre  toxiques et persistants avant notre venue, pour nous empêcher d’y prospérer, selon des pratiques perverses de nos campagnes. Dès notre venue, nous nous sommes heurtés aux nombreuses calomnies relatées dans les procès-verbaux d’audition de la procédure criminelle encore en cours, puis à la surprenante guerre de chasse avec des poisons en forêt domaniale de Masevaux voisine, impliquant les forestiers de la forêt domaniale et de la forêt communale de Masevaux, toutes deux voisines.

5e constat :

Il s’avère qu’empoisonner avec des sels de cuivre est une pratique secrète de nos campagnes françaises, dite impossible à démontrer scientifiquement. Nous avons définitivement cassé ce barrage avec de nombreux laboratoires et de nombreux Scientifiques incontestés.

Au vu de nos constants dépassements de céruléoplasmine, la protéine de transport du cuivre dans notre sang, signant notre intoxication chronique au cuivre, Monsieur le Président de la Communauté de Communes Thann Cernay, à quand votre soutien ?

Au vu de nos constants dépassements de céruléoplasmine, la protéine de transport du cuivre dans notre sang, signant notre intoxication chronique au cuivre, Monsieur le Maire de Bourbach-le-Haut, pourquoi regardez-vous volontairement ailleurs ?