Bourbach, le 26 août 2022

 

Madame Élisabeth BORNE

Première Ministre

57, rue de Varenne

75700 PARIS

 

Madame la Première Ministre,

 

Je vous prie de trouver ci-joint copie de la lettre que j’ai adressée à notre Président de la République avec ses pièces jointes concernant cette pratique bien dissimulée de nos campagnes à savoir les empoisonnements criminels avec des sels de cuivre toxiques et persistants pour nuire ou pour tuer.

 

Je souhaite obtenir votre soutien pour être indemnisée par la SAFER D’ALSACE, le vendeur professionnel de cette ferme empoisonnée par des Sels de cuivre toxiques et persistants avant notre installation et pour relancer une activité d’avant-garde, utile dans cette ferme.

 

En achetant cette ferme, nous avons certainement dérangé des « locaux » qui la désiraient, qui voulaient l’acquérir pour rien, en la contaminant avant notre venue, espérant ainsi nous faire partir sinon nous tuer ou nous ruiner. Comme j’avais l’expérience d’un ailleurs (j’ai vécu en Grèce sous la dictature avec un Président de culture française et comme j’étais sportive, championne de bateau à voile  en Grèce), je n’avais pas forcément peur du méchant loup. J’ai vite compris que nous étions en danger, mais de quel danger ?

 

En refusant de céder aux calomnies et en m’investissant totalement dans mon état d’éleveur de moutons, je me suis adressée à toute personne pouvant me donner des informations sur la mortalité de nos moutons. C’est ainsi que j’ai pu entrer en contact après 9 ans de recherches, en 1996, avec un « professionnel » qui m’a expliqué qu’à lui aussi on avait fait la même chose, qu’il s’agissait d’un procédé que personne n’est arrivé à prouver.

 

En fait, je suis plutôt satisfaite d’être arrivée à prouver les faits scientifiquement, avec un Scientifique incontesté, André PICOT, Toxicochimiste et de son entourage, non pas pour utiliser ce procédé contre mon ennemi mais pour tenter de pacifier les rapports entre les gens et surtout pour que les victimes puissent se défendre en faisant les bonnes analyses.

 

C’est pourquoi je sollicite votre aide pour être indemnisée par la SAFER D’ALSACE, qui elle connaissait cette pratique insidieuse et qui en professionnel éclairé, a joué sur tous les registres pour nous éconduire. Venir dire aujourd’hui qu’elle aussi ignorait cette pratique ne serait pas crédible. Les SAFER sont organisées en société anonyme, sans but lucratif, avec des missions d’intérêt général, sous tutelle des ministères de l’Agriculture et des Finances : https://www.safer.fr/les-safer/quest-ce-quune-safer/

 

Après avoir été diplômée en droit et en lettres, après être toujours passionnée de nature et de jardins, après avoir vécu 15 ans en Grèce, un pays magnifique, je souhaite développer notre ferme avec ceux qui nous ont soutenu et participer à son renouveau selon un modèle contemporain de connaissances apaisées qui profitera à notre épanouissement à tous et à notre environnement.

 

Je vous remercie pour vos efforts de développement de notre pays qui a vraiment besoin d’entrer dans le monde moderne avec des armes modernes.

 

Je vous prie d’agréer, Madame la Première Ministre, l’assurance de tout mon respect.

 

Anne Marie SINGER

 

Copie des pièces jointes adressées à Monsieur le Président de la République.

  1. Préface du 26 juillet 2022 par André PICOT, Toxicochimiste reconnu
  2. Dires de Paul PARGUEY du 10 avril 1996 victime du même procédé
  3. Premiers dosages positifs au cuivre du 10 mai 1996 par le laboratoire de la Drôme
  4. Expertise judiciaire du 21 avril 2004 par Jean-Pierre CASTILLO
  5. Dosages pour l’expertise judiciaire du 2 mars 2004
  6. La toxicité des Sels de cuivre hydrosolubles divalents (Cu++), en quelques chiffres, 16 avril 2016
  7. Alsace APPRO du 20 décembre 2016
  8. Extraits de l’Arrêt du 6 juillet 2017 de la Chambre de l’Instruction de la Cour d’Appel de Colmar
  9. Attestation du Professeur LUGNIER du 14 octobre 2019