06 juillet 2017

6 juillet 2017 : l'empoisonnement criminel de la ferme de Niederwyhl est officiellement reconnu par la Justice.

  Dans la procédure criminelle en cours depuis 15 ans devant le Tribunal de Grande Instance de Mulhouse, l'Arrêt de la Chambre de l'Instruction près la Cour d'Appel de Colmar du 6 juillet 2017 reconnaît que :   " La contamination du sol, des dépôts des canalisations et des eaux de la ferme de Niederwyhl provient d'un apport exogène de cuivre soluble, (communément appelé sels de cuivre) non présent dans le milieu à l'état naturel, dont la date peut être fixée avant mai 1987 soit avant l'installation de la famille SINGER... [Lire la suite]
Posté par singeram à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 mai 2017

18 mai 2017 : Notre empoisonnement au Cuivre a été accepté par la Chambre de l'Instruction près la Cour d'Appel de COLMAR.

Bourbach, le 9 mai 2017 Dans une procédure criminelle encore en cours, la Chambre de l’Instruction près la Cour d’Appel de Colmar a admis le 24 mars 2016 que le captage d’eau et les sols de la ferme de Niederwyhl ont été contaminés avec des Sels de cuivre et que les Sels de cuivre en excès ont une action toxique. Il est établi que le Cuivre hydrosoluble, apporté par ses composés (sulfate, chlorure, etc.) se fixe dans la matière organique des sols et devient persistant et toxique. Le Laboratoire BARBIER a réalisé les 6 et 7 janvier... [Lire la suite]
02 mars 2017

Lettre à Monsieur Robert GELLI, Directeur des Affaires criminelles et des Grâces du Ministère de la Justice.

  Livre en préparation cherche éditeur : titre : " La ferme de Niederwyhl, empoisonnée à l'ancienne avec des sels de cuivre ".   N° DU PARQUET : .02.3384. N° INSTRUCTION : .5/12/12. Procédure criminelle   Monsieur le Directeur, Une procédure criminelle pour empoisonnement avec un pesticide de traitement de vignes à base de sels de cuivre du captage d’eau et des sols de la ferme de Niederwyhl à Bourbach le Haut en Alsace, est ouverte depuis 15 ans au Tribunal de Grande Instance de Mulhouse. Sont... [Lire la suite]
01 décembre 2016

I. Historique des empoisonnements criminels avec du sulfate de cuivre de l'antiquité à celui de la ferme de Niederwyhl en Alsace

  Paracelse, alchimiste et médecin suisse au XVIe siècle disait  : « Sola dosis fecit venenum » : « Seule la dose fait le poison ».   Il existe une pratique ancestrale d’empoisonnement criminel avec du sulfate de cuivre ou sels de cuivre ou cuivre soluble, d'un acte sournois que certains occultent pour continuer à l’utiliser.   Les sels de cuivre sont toxiques, persistants, accumulables et inhibiteurs de croissance.   À travers l’histoire, empoisonner avec des sels de cuivre... [Lire la suite]
01 décembre 2016

II. Tout d'abord, qu'est-ce que les sels de cuivre ?

  Selon André PICOT, Ingénieur Chimiste, Toxicochimiste, Directeur de Recherche honoraire du CNRS, Expert français honoraire auprès de l’Union Européenne pour la Fixation des Normes des Produits chimiques en Milieu de Travail, Commission SCOEL, Luxembourg (de 1992 à 2004). Président de l’Association Toxicologie-Chimie - Paris, www.atctoxicologie.fr/, Auteur de « La Destinée du Cuivre dans l’Organisme humain, entre Bénéfice et Risque », à propos de l’empoisonnement au Cuivre de la Ferme de Niederwyhl », 3... [Lire la suite]
01 décembre 2016

III. Résumé de la pratique des empoisonnements criminels aux sels de cuivre, de l'antiquité à celui de la ferme de Niederwyhl

      Déjà chez les Égyptiens, le cuivre sous une forme soluble dans l’eau, était connu pour son efficacité comme poison.         Au Moyen Âge, en l’an 800, avec la découverte  de l’acide chlorhydrique, très corrosif, connu autrefois sous le nom d’acide muriatique ou esprit de sel, il fut possible de dissoudre certains métaux (Or, Fer, Cuivre…) et de former de ce fait, des sels ionisés, solubles dans l’eau, libérant autant de charges positives (cations) que de charges... [Lire la suite]

01 décembre 2016

IV. L'histoire des empoisonnements criminels avec des sels de cuivre, de l'antiquité au XIXe siècle.

  Les métaux les plus anciennement utilisés sont les métaux précieux, or, argent, car ils sont présents à l'état naturel et leur obtention ne nécessite donc pas de métallurgie.Le Cuivre, lui, accompagne les activités humaines depuis au moins 8.000 ans et ses nombreuses propriétés utiles pour prospérer, mais aussi néfastes comme poison, sont connues. Ainsi, plusieurs civilisations ont découvert l’utilité du Cuivre et aussi très souvent la facilité avec laquelle ce Cuivre devient un poison. Les secrets de l’utilisation du Cuivre... [Lire la suite]
01 décembre 2016

VI. Marie-Jeanne SINGER est-elle décédée des suites de son empoisonnement criminel aux sels de cuivre ?

  Il reste le fait de trancher définitivement si Marie-Jeanne SINGER est décédée des suites de son empoisonnement criminel aux sels de cuivre en 1992 ?           Deux thèses se sont affrontées : Celle des experts légistes qui prétendent en mars 2015 que Marie-Jeanne SINGER est décédée en 1992 des suites de son « cancer colique » opéré avec succès en 1989 et qu’il n’y avait « pas de dosage » de cuivre au moment de son décès et Celle du médecin... [Lire la suite]
01 décembre 2016

V. L'histoire des empoisonnements criminels aux sels de cuivre au XXe et XXIe siècle :

Au XXe siècle, aucun cas d’empoisonnement aux sels de cuivre n’est pris en considération  par les tribunaux. La toxicité des sels de cuivre commence timidement à être démontrée scientifiquement depuis la fin du XXe siècle. Les experts légistes ne recherchent jamais le cuivre dans les autopsies. Ils laissent ainsi une micro-niche aux empoisonneurs au cuivre.   1975 : La première importante étude scientifique moderne du XXe siècle sur la toxicité des sels de cuivre est américaine, publiée en 1975,... [Lire la suite]
10 novembre 2016

6. Question : Marie-Jeanne SINGER est-elle décédée des suites de son empoisonnement criminel aux sels de cuivre en 1992 ?

  Deux thèses coexistent :   Celle des experts légistes qui prétendent en mars 2015 que Marie-Jeanne SINGER, copropriétaire de la ferme de Niederwyhl, est décédée en 1992 des suites de son « cancer colique » de 1989 et qu’il n’y avait « pas de dosage » de cuivre au moment de son décès et   Celle qui contredit les experts légistes :   Concernant le « cancer colique » : Le médecin hospitalier énonce que, selon le rapport d’hospitalisation de Marie-Jeanne... [Lire la suite]