10 novembre 2016

4. Au XXe siècle, aucun cas d'empoisonnement aux sels de cuivre n'est pris en considération par les tribunaux.

  Les experts légistes ne recherchent jamais le cuivre dans les autopsies. Ils laissent ainsi une micro niche aux empoisonneurs aux sels de cuivre.   Au XXe siècle, le cuivre, si utile en agriculture, est l'ami de l'Homme.     Il ne sera plus question en France, pendant tout un siècle, de 1882 à 1981, de toxicité des sels de cuivre chez l’Homme, alors qu’elle était redoutée depuis l’antiquité ! Tout se passe comme si la France était tétanisée par son absinthe frelatée au sulfate de... [Lire la suite]

10 novembre 2016

3. Au XIXe siècle, ce fut l'apothéose de la maîtrise du cuivre :

  Il est utilisé pour traiter les blés et pour empoisonner son prochain ! C’est aussi le début de la chimie et de la médecine légale. Les empoisonnements criminels  aux sels de cuivre furent « le » fléau du XIXe siècle.   1814 : ORFILA *, Médecin légiste, Chimiste, Doyen de la Faculté de Médecine de Paris : « On peut dire que l’empoisonnement par des préparations cuivreuses est un des plus communs et des plus importants à connaître. L’action délétère que cet oxyde exerce sur l’économie... [Lire la suite]